Projets ANR

ANR MUSIMORPHOSES

ANR coordonnée par Philippe Le Guern (Professeur, Université de Nantes, CAPHI et CRAL-EHESS).

ANR "Musimorphoes" associant 3 équipes : Centre Atlantique de Philosophie, Université de Nantes / LINA, Polytech Nantes / CRAL-EHESS.

Présentation

Le passage des technologies analogiques aux technologies numériques semble avoir affecté en profondeur les mondes de l’art et leurs différents domaines (photographie, musique, littérature, cinéma, etc.), comme en attestent les nombreuses recherches consacrées à ce sujet. En résumé et pour l’essentiel, ces travaux portent d’une part sur la réorganisation du secteur industriel et l’adoption de nouveaux modèles économiques, d’autre part sur la transformation des métiers et des professions artistiques, en troisième lieu sur la question de l’innovation technologique et des cycles historiques d’émergence et d’adoption de nouvelles technologies, et enfin sur la transformation des processus cognitifs, des systèmes de représentation et des régimes ontologiques et axiologiques qui accompagnent chaque nouvelle configuration des mondes de l’art. En d’autres termes, avec le « digital turn », ce sont les outils, les métiers, les savoir-faire et les identités professionnelles qui auraient été transformés et plus fondamentalement encore, c’est notre sens du réel, de la vérité et de l’objectivité, de la narration et du texte, du commentaire et de l’interprétation, du savoir et de l’expertise qui aurait muté, comme le suggèrent les analyses récentes de François Bon ou de Roger Chartier à propos du livre et du passage au E-Book, celles de Philippe Le Guern à propos de la musique ou de André Gunthert ou Fred Ritchin au sujet de la photographie.  

Bref, nous assistons bien à l’émergence non seulement d’un nouveau phénomène culturel, mais ce phénomène lui-même est à l’origine d’une nouvelle culture, le numérique jouant e quelque sorte un rôle similaire à ce que Jack Goody a pu décrire à propos de l’écriture et de la littératie.

Ce projet ANR souhaite par conséquent examiner l’hypothèse selon laquelle le « virage numérique » aurait modifié de façon décisive l’expérience et la conception que les amateurs ont de la musique. En centrant notre projet sur la musicalisation du quotidien, c’est à dire l’ensemble des usages, faibles ou forts, qui se déploient dans nos différents rapports à la musique (l’écoute, la danse, la collection, la critique, la prescription, etc.), nous entendons voir comment cette activité qui compte parmi les pratiques culturelles les plus prisées, a éventuellement pu être transformée par le « virage numérique » : la dématérialisation des contenus - ce que Fabien Granjon et Clément Combes ont baptisé la « numérimorphose », terme qui, succédant à la « discomorphose » d’Antoine Hennion, prend acte d’un basculement de régime dans les relations de l’amateur à la musique -, désigne l’émergence de nouveaux usages : écouter, posséder, partager, archiver connaissent des transformations importantes avec l’apparition du streaming, la co-existence de multiples supports d’écoute (l’ordinateur voisine avec la chaîne Hi Fi et le baladeur MP3), le rôle accru des réseaux de fans, etc. Si la musique est toujours un vecteur de production et de mise en scène de nos identités, ou si elle entre en résonnance avec nos affects et nos états émotionnels, la musicalisation du quotidien semble bel et bien avoir été affectée par le virage numérique. Ainsi, la dématérialisation semble inverser le paradigme jusqu’alors dominant, celui où la musique finissait par se confondre avec le médium (la cassette, l’album vinyl, le CD), pour lui substituer un nouveau paradigme : la musique devient un service et non plus un data, on passe d’une société du produit à une société de l’expérience.

Certes, la numérimorphose n’a pas purement et simplement fait disparaître la discomorphose, mais les technologies aujourd’hui disponibles – streaming qui tend à se substituer au téléchargement, clouding, nouvelles possibilités d’interfaçage pour favoriser le partage et la recommandation de playlists – semblent aller dans le sens d’une reconfiguration sociotechnique de la relation traditionnelle musicien-label-consommateur.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Politics and Critical Uses of Archive Images

Colloque - Mardi 25 octobre 2016 - 09:00

Since 1975, Yervant Gianikian and Angela Ricci Lucchi have developed a remarkable body of work, both in terms of the minute engagement with filmic, pictorial, and videographic matter, and with regards to the plurality of the historical issues covered (war, fascism, colonialism). Following the 2015 retrospective of their films and installations at the Centre Pompidou, this conference aims to form a discussion about the political and critical uses of archive images, while showing to what extent their practice defies the categories and analytical devices of the social sciences.

Lire la suite

« Peuples en larmes, peuple en armes », (re)voir le séminaire en vidéo

Échos de la recherche -

Un repas de viande avariée. Contestation des matelots. L’assassinat de leur leader Vakoulintchouk. Des femmes pleurent autour du cadavre. Les poings se lèvent et le peuple entier se soulève pour se révolter. En prenant comme exemple le Cuirassé Potemkine d’Eisenstein, Georges Didi-Huberman analyse la puissance politique du sanglot et de l’image.

Lire la suite

Politiques et usages critiques des images d’archives

Colloque - Mardi 25 octobre 2016 - 09:00

Depuis 1975, Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi ont élaboré une oeuvre remarquable, à la fois pour le travail minutieux de la matière filmique, picturale et vidéographique, et pour la pluralité des sujets historiques traités (guerre, fascisme, colonialisme). Après la rétrospective de leurs films et installations en 2015 au Centre Pompidou, ce colloque veut former une discussion sur l’usage politique et critique des images d’archives, tout en montrant combien les gestes artistiques défient les catégories et les échelles d’analyse des sciences sociales. 

Lire la suite

Plus d'actualités

CRAL
96, bd Raspail - 75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
cral@ehess.fr