Type et date de soutenanceSoutenance de thèse

Creative performativity in post-2010 social movements : A transnational comparative analysis of Occupy Wall Street and Gezi Movement

Özge Zeyno Derman

Résumé

,

Cette thèse examine la performativité créative dans Occupy Wall Street à New York (2011) et le Mouvement de Gezi à Istanbul (2013). Elle analyse les façons dont les actions performatives et créatives et les pratiques artistiques ont opéré dans la mise en œuvre du politique au sein de ces mouvements. En considérant la performativité créative au cœur de la transformation sociale et politique, elle explore les trois dimensions dans lesquelles elles sont apparues dans le contexte de l'OWS et du Mouvement de Gezi : spatiale, temporelle et corporelle. La dimension spatiale s'appuie sur l'occupation à long terme de l'espace physique et s'étend à la mise en œuvre des espaces vécus, cartographiques, sonores, imaginatifs, non-marchandisés et liminaux. Elle s'intéresse donc à la manière dont les artistes/activistes/participants et leurs actions créatives ont mis en scène l'espace relationnel et dont l'environnement social a été produit par des compositions spatiales. L'idée de cartographie semble incorporer la rationalisation visuelle et imaginative des espaces vécus. La dimension temporelle fait référence aux formes dans lesquelles les éléments temporels et leurs combinaisons sont apparus dans l'espace et le temps de l'action. Sur la base de diverses contradictions temporelles au sein de ces mouvements, la recherche explore dans quelle mesure la performativité créative a fonctionné au sein d'OWS et du Mouvement de Gezi. D'une part, il s'agit des rythmes multiples, des arythmes et des polyrythmes de l'espace urbain, des actions et des corps ; d'autre part, il s'agit de l'idée d'une temporalité événementielle pour comprendre l'impact transformateur. La dimension corporelle aborde d'abord les actes corporels dans l'environnement matériel et les manières dont les corps individuels et assemblés agissent dans l'espace public pour comprendre les multiples dimensions des actions corporelles dans ces mouvements qui ont généré des transformations à travers le temps et l'espace. Elle étudie la constitution et l'apparition du "nous" et de la subjectivité collective des corps agissants ainsi que ses formes improvisées et chorégraphiées qui réapproprient l'espace-temps de la politique. Enfin, elle illustre les gestes d'(in)vulnérabilité des corps désobéissants à travers le pouvoir de la pluralité humaine. La méthodologie adoptée dans cette recherche relève d'un processus qualitatif s'appuyant sur une étude de cas comparative. Elle implique des méthodes ethnographiques telles que la participation observatrice et les entretiens semi-structurés, ainsi que des recherches archivistiques comprenant des documents, des manuscrits, des objets, des sons, toutes sortes de documents audiovisuels, et des sources publiées telles que les archives de journaux. En plus des archives traditionnelles, cette recherche fait appel notamment à l'ethnographie numérique et occasionnellement à l'ethnographie par hashtag.

,

Jury

,
    ,
  • M. Esteban Buch (Directeur de thèse), EHESS
  • ,
  • M. Vincent Duclert, EHESS
  • ,
  • Mme Fatma Göçek, Université du Michigan
  • ,
  • Mme Nilüfer Göle, EHESS
  • ,
  • M. Yves Sintomer, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
  • ,
  • Mme Robin Wagner-Pacifici, The New School for Social Research
  • ,