Type et date de soutenanceSoutenance de thèse

/Répétition/ : La non-représentation du vouloir-dire et le dernier retour de l’histoire de l’art par le disparaître.

Jimin Son

Résumé, Dans sa provenance platonicienne, l’idéal de l’incarnation de l’Idée doit à la fois affronter des individualités (pré)déterminées et qualitativement différentes (le pluralisme) – qui sont répétitions et répétées elles-mêmes. Il doit devenir le vouloir-dire de la personne qui s’efforce de mettre en œuvre ce dernier et qui cherche à franchir les limites ontologiques de la représentation. Cependant, l’irréalisabilité de la pure répétition du vouloir-dire – ou de n’importe quel « sujet » – atteste de la présence absente du même dans le processus de sa mise en œuvre ; la répétition est toujours déjà répétition différenciatrice, son acte même toujours susceptible d’être perçu comme mimétique en pratique. Lorsque nous « créons », nous cherchons une différence absolue (singularisation) tout en visant l’universalité du vouloir-dire, l’Univocité. Autrement dit, c’est l’inévitabilité de la répétition différenciatrice (« nouveauté ») qui se répète et tend vers un dernier résultat censé être absolument univoque et intersubjectivement compris et jugé. Cette inévitabilité signifie-t-elle une (ou la dernière) impasse théorique – une « fin » – insurmontable ? Comment les artistes, les historiens d’art et les philosophes s’y prennent-ils ? Entre l’origine et le futur de l’art, quelle puissance de la répétition devrait-on y chercher pour ne plus répéter « une répétition pour toute » ?, Jury,

    ,
  • M. Jean-Marie Schaeffer (Directeur de thèse), EHESS
  • ,

  • M. Emmanuel Alloa, University of St. Gallen (Suisse)
  • ,

  • Mme Claude Imbert, ENS Paris
  • ,

  • Mme Anne Sauvagnargues, Université Paris Ouest La Défense
  • ,

  • M. Yves-Marie  Visetti, CNRS
  • ,