Type et date de soutenanceSoutenance de thèse

Gestualité et regards dans les peintures d'Orazio Gentileschi : une approche sémiotique

Résumé, Dénoncée à des degrés divers dans les sources et les études, la réticence narrative apparaît comme une constante des discours portés sur l’œuvre d'Orazio Gentileschi. Cette persistance, par delà le contexte (historique) de réception, signale l'actualité (théorique) de la question.  Plus particulièrement, dans sept tableaux réalisés au cours du premier tiers du XVIIe siècle, gestualité et regards peints, traditionnels opérateurs de structuration du récit, semblent agir sur un registre autre que celui de l'historia. De surcroît, la forte valeur déictique attachée à ces opérateurs, en imposant le hors champ dans la trame narrative, invite à s'interroger sur la dimension agissante d'un terrain extérieur mais contigu à la surface historiée. Ces compositions, en raison des « ruptures énonciatives » qu'elles présentent, s'offrent donc en objets de questionnement de leurs propres conditions de possibilité. En plus de livrer un récit la peinture ici réfléchit sur elle-même.      Dans la première partie nous examinons la manière dont la gestualité figurée, en s'écartant du régime du contenu, participe en tant que forme aux mécanismes de production de sens. La deuxième partie, qui s'attache aux objets désignés et cependant refusés au regard car situés au-delà des limites physiques de la toile, étudie comment l'appareil déictique travaille à une continuité sémantique à partir de la contiguïté topologique. Dans la troisième partie nous interrogeons, au prisme de la dynamique qui apparie dans leurs parcours regards peints et exercés, l'activité d'un système qui organise et structure les multiples champs de la fruition., Jury,

    ,
  • M. Giovanni Careri (Directeur de thèse), EHESS
  • ,

  • M. Philippe Morel (Co-Directeur), Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • ,

  • Mme Lucia Corrain, Université de Bologne
  • ,

  • M. Lorenzo Pericolo, Université de Warwick
  • ,

  • Mme Maria Cristina Terzaghi, Universita Roma Tre
  • ,

Partager ce contenu