Type et date de soutenanceSoutenance de thèse

De la musique classique à la NBC : une sociohistoire (1919-1975)

Sandrine Khoudja-Coyez

Résumé

,

La radio joua dès le début du XXe siècle un rôle prépondérant dans la transmission et la démocratisation de la musique classique aux États-Unis. Dans ce premier âge de la radio où la conscience des classes sociales et la question de l’accès à la culture se posaient dans les débats politiques, la diffusion de la musique savante européenne passait pour un modèle possible de démocratisation. La National Broadcasting Company (NBC), première radio nationale américaine, offre une illustration exemplaire des interactions rarement étudiées entre musique classique, sociologie des médias et histoire sociale des États-Unis. Depuis sa création en 1926, la NBC diffusa de nombreuses émissions et retransmissions de concerts de musique classique contribuant à promouvoir le genre auprès des auditeurs américains. À l’antenne, entre les bulletins d’informations, les soap operas et les retransmissions de matchs de base-ball, la musique classique s’impose toujours plus par la diffusion de programmes de musique symphonique et d’opéra, sous différents formats, destinés à séduire et à satisfaire les goûts des « millions ». Pour les orchestres américains, les performers, les artistes lyriques et les solistes, la radio constitue alors le moyen le plus favorable pour se faire connaître, reconnaître et conquérir les masses. Cette thèse se propose d’étudier le processus de démocratisation et de diffusion de la musique classique aux États-Unis à travers l’exemple de la radio NBC. Il s’agira d’analyser la place de la musique classique dans le développement du network dans une période marquée par la Grande Dépression et réciproquement, son importance et son rôle dans le développement de la vie musicale américaine, notamment dans l’accès aux concerts et lieux de représentation par les auditeurs, et aussi de comprendre comment ce genre s’est intégrée à l’American way of life au cours de cette période.

,

Jury

,
    ,
  • M. Esteban Buch (Directeur de thèse), EHESS
  • ,
  • Mme Anaïs Fléchet, Université Paris Saclay
  • ,
  • M. Frédéric Martel, Université de Zurich
  • ,
  • Mme Cécile Prévost-Thomas, Université Sorbonne Nouvelle
  • ,
  • M. Ludovic Tournès, Université de Genève
  • ,
  • M. François Weil, EHESS
  • ,