Type de contenuProfesseur invité

Barbara Vinken

Conférences
Lien(s) associé(s)Site du CRAL
Barbara Vinken
Prof. Dr. Barbara Vinken, Ph.D., has been Professor for French and Comparative Literature at  LMU Munich (Germany) since 2004. Her  main areas of research are the Renaissance, the French Novel from the 18th to the 20th Century, Deconstructive Feminism and Fashion Theory. She received her doctoral degree from the University of  Konstanz in 1989 and her PhD from Yale University in 1991; in 1996, she also received her Venia Legendi from the University of Jena. Later she  was appointed to professorships at the universities of Hamburg and Zurich.  Barbara Vinken taught as a visiting scholar at New York University, Humboldt University (Berlin), the ENS (Paris), Johns Hopkins University (Baltimore), FU (Berlin)and the University of Chicago.
Recent publications include: Flaubert. Genèse et poétique du mythe II, (ed. with Pierre-Marc de Biasi, Anne Herschberg Pierrot), Paris: EAC 2017; Flaubert Postsecular. Modernity  Crossed Out,  Stanford: Stanford University Press 2015.
Barbara Vinken is EHESS visiting professor invited by Emanuele Coccia (CRAL-CEHTA/EHESS), in March 2019.
 
CONFÉRENCES
 
Dans le cadre du séminaire d’Emanuele Coccia - Mode et moralité 2. Le moi dans les choses
I Mode et modernité

Mercredi 6 mars 2019, de 11h à 13h - INHA (salle Mariette - 2 rue Vivienne, 75002 Paris)

Mode et modernité. Les deux semblent s’accorder spontanément. En réalité, non. La mode a été construite par les penseurs depuis le 18ème siècle comme l’Autre de la modernité, comme une colonie orientale au sein de l’Occident : un monde irrationnel, ruineux. La mode, c’est le fléau efféminé d’une société de consommation de masse. C’est une danse fétichiste autour de la griffe. C’est une culte - idolâtre, sous-entendu - du féminin. Aliénation y rime, nous répète-on, avec réification. Son auto-cannibalisme actuel n’est que le dernier stade d’une Totalverblendung. Au mieux, la mode, c’est un pis-aller. Nous discuterons ensemble les classiques : Mandeville, Rousseau, Leopardi, Freud, Simmel, Flügel, Veblen, Beauvoir, Bourdieu.
 
 II La mode, médium pour formuler une esthétique nouvelle

Mercredi 20 mars 2019, de 11h à 13h - INHA (salle Mariette - 2 rue Vivienne, 75002 Paris)

Heureusement qu’il y a les poètes. De Heinrich Heine à Charles Baudelaire, pour en arriver à Apollinaire, la mode devient le médium à travers lequel s’articule une esthétique de la modernité en rupture avec le classicisme : disjonction, clash, disharmonie, ironie. Textes de Heine, Baudelaire, Apollinaire, Barthes, Jelinek.
 
III Mode et déconstruction

Samedi 23 mars 2019, de 11h à 13h - EHESS (salle 13 - 105 bd Raspail, 75006 Paris)

 Analyser le vêtement comme s’il s’agissait d’un poème : tel sera l’enjeu de cette dernière séance. Qu’est-ce qui fait un classique ? Chanel et Dior seront au rendez-vous. Comme objet de lecture, nous nous pencherons sur des classiques plus récents : Comme des Garçons, la Maison Martin Margiela et Alexander McQueen.
 
IV Masculin/Féminin. L’ordre de la mode

Mercredi 27 mars 2019, de 11h à 13h - INHA (salle Mariette - 2 rue Vivienne, 75002 Paris)

La mode articule et désarticule l’ordre des sexes. Depuis le début du 20ème siècle, le développement de la mode fut une route à sens unique : du masculin au féminin. La garçonne en est un des fleurons ?   Cela a - t - il changé ? La mode masculine, est-elle en train de se « féminiser » ? Jean Paul Gaultier, Hedi Slimane, Jacquemus  --- créent-ils une mode à rebours ?