Photo © Bénédicte Roscot

Tiphaine Samoyault

Membre statutaireLittérature et autorité : la moindre autorité

Directrice du CRAL.

Coordonnées professionnelles 

tiphaine.samoyault@ehess.fr

Directrice d’études à l’EHESS depuis 2021, Tiphaine Samoyault a été professeure de littérature générale et comparée aux Universités Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (de 1998 à 2012) puis Sorbonne nouvelle-Paris 3 (2012-2021). Elle y a enseigné à tous les niveaux des cours de littérature française et étrangères, des séminaires de théorie de la traduction ainsi que de théorie de la littérature mondiale. Elle a été professeure invitée dans les universités Johns Hopkins (2004, 2008), Cornell (2009) et Nankin (2019).

Ses recherches ont porté sur la forme « roman » à l’échelle mondiale, sur les rapports entre littérature et histoire, littérature et sciences humaines. Après un livre sur le roman (Excès du roman, Maurice Nadeau, 1999), elle a consacré un essai à l’intertextualité (L’Intertextualité, mémoire de la littérature, Armand Colin, 2002) et un autre à la littérature contemporaine (Littérature et mémoire du présent, Pleins-feux, 2003). Elle s’est ensuite tournée vers une étude sur la relation des arts au temps (La Montre cassée, Verdier, 2005). Pendant les années suivantes, ses recherches se sont partagées entre une longue enquête (en archives et ailleurs) sur Roland Barthes qui a débouché sur la publication d’une biographie intellectuelle de Barthes (Seuil, 2015) qui a été aussi l’occasion de revenir sur le moment théorique de la pensée française des années 1960-1980, et une réflexion sur les ailleurs de la littérature, la façon dont elle se transforme dans l’espace et dans le temps (études de littérature mondiale (Où est la littérature mondiale ?, PUV, 2009), études sur la littérature postcoloniale (nombreux articles), études de traductologie et de théorie de la traduction – Traduction et violence, Seuil, 2020). Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en diverses langues.

Parallèlement à ses recherches, Tiphaine Samoyault est engagée dans le champ littéraire contemporain selon plusieurs modalités : elle dirige une revue en ligne de littérature et d’idées, En attendant Nadeau , après avoir longtemps collaboré à la Quinzaine littéraire. Elle fait partie de plusieurs comités de rédaction de revues. Elle est également traductrice et a publié plusieurs récits (aux éditions Maurice Nadeau et au Seuil, dans la collection « Fiction & Cie »). Elle participe très régulièrement à des émissions de radio, en particulier sur France Culture, et lie étroitement son travail de recherches à ses activités de création et de critique.

Son projet de recherches à l’EHESS est intitulé « Littérature et autorité : la moindre autorité ». L’enjeu du programme n’est pas de renverser ou de mettre en cause l’autorité elle-même, mais les façons (ou certaines façons) dont elle s’énonce. Elle prend en charge notre besoin d’autorité en même temps que la nécessité de libérer l’autorité de la domination. Il comporte quatre volets : un premier volet correspond à une enquête historique sur les moments et les lieux de moindre autorité. Un second axe entreprendra une étude sur les « maîtres cachés », par quoi elle entend des penseurs, venus de disciplines différentes et inscrits dans des institutions différentes, qui ont exercé une influence profonde sur des générations de jeunes intellectuelles ou intellectuels, mais sans se faire un nom au même titre que d’autres. Un troisième volet réfléchira à l’idée de partage d’autorité, question cruciale pour la littérature mais aussi pour d’autres sciences humaines et qui pose les enjeux éthiques du « parler pour » ou « parler à la place de » ; qui conduit au quatrième axe portant sur les relations entre genre (au sens de gender) et autorité.

Axes de recherches 

  • Littérature mondiale, théorie de la traduction, théorie de la littérature
  • Croisement littérature / sciences humaines
  • Réflexion sur l’autorité

Photo © Bénédicte Roscot   

Tous les contenus associés

Publication(1)