alt

Sébastian Veg

GEHM, Centre de recherches historiquesCentre de recherche sur les arts et le langageMembre associé.e

Sebastian Veg

Directeur d'études EHESS

Equipe(s) : GEHM

Laboratoire(s) de rattachement : CRH

Chercheur associé au CRAL

Coordonnées professionnelles

EHESS-CRH
GEHM (Bureau B04_22)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

veg (a) ehess.fr

Site web : https://vegsebastian.wordpress.com/about/

Page web sur le site du CRH : http://crh.ehess.fr/index.php?6546

 

Les recherches de Sebastian Veg portent sur l’histoire intellectuelle de la Chine du XXe et du XXIe siècle, en particulier sur l’histoire des intellectuels, des publications et des sphères publiques. Au-delà des intellectuels d’élite et des savoirs institutionnalisés, il s’est intéressé à une histoire de textes non-officiels et de leur circulation parmi des « contre-publics » sociaux. Ces textes constituent une contre-tradition qui inscrit la production du savoir social et politique du côté de la société, dans l’espace traditionnellement décrit comme minjian (populaire). Après avoir travaillé sur les débuts de l’époque républicaine autour de 1919 (notamment sur la critique des mots d’ordre de la modernité « science et démocratie » et sur la constitution de la sphère locale comme lieu de savoir alternatif), il s’est intéressé aux intellectuels non-institutionnels apparus après l’échec du mouvement démocratique de 1989 : historiens amateurs de l’époque maoïste, cinéastes documentaires ethnographes de la société chinoise, avocats et militants du mouvement des droits civiques. La mémoire de l’époque maoïste représente un exemple particulièrement riche d’un domaine où le savoir social se reconstruit à l’extérieur des codes savants ou officiels, ouvrant de nouveaux espaces publics de discussion des faits historiques. Enfin, il s’est intéressé aux rapports entre intellectuels, sphères publiques alternatives et mouvements sociaux, notamment à travers l’exemple du mouvement des Parapluies (2014) et plus généralement du mouvement démocratique à Hong Kong.

Les recherches de Sebastian Veg portent sur l’histoire intellectuelle de la Chine du XXe et du XXIe siècle, en particulier sur l’histoire des intellectuels, des publications et des sphères publiques. Au-delà des intellectuels d’élite et des savoirs institutionnalisés, il s’est intéressé à une histoire de textes non-officiels et de leur circulation parmi des « contre-publics » sociaux. Ces textes constituent une contre-tradition qui inscrit la production du savoir social et politique du côté de la société, dans l’espace traditionnellement décrit comme minjian (populaire). Après avoir travaillé sur les débuts de l’époque républicaine autour de 1919 (notamment sur la critique des mots d’ordre de la modernité « science et démocratie » et sur la constitution de la sphère locale comme lieu de savoir alternatif), il s’est intéressé aux intellectuels non-institutionnels apparus après l’échec du mouvement démocratique de 1989 : historiens amateurs de l’époque maoïste, cinéastes documentaires ethnographes de la société chinoise, avocats et militants du mouvement des droits civiques. La mémoire de l’époque maoïste représente un exemple particulièrement riche d’un domaine où le savoir social se reconstruit à l’extérieur des codes savants ou officiels, ouvrant de nouveaux espaces publics de discussion des faits historiques. Enfin, il s’est intéressé aux rapports entre intellectuels, sphères publiques alternatives et mouvements sociaux, notamment à travers l’exemple du mouvement des Parapluies (2014) et plus généralement du mouvement démocratique à Hong Kong.

Parcours universitaire

Depuis 2017: Professeur honoraire à l'Université de Hong Kong.

Depuis 2012 : Directeur d’études à l’EHESS

2011-2015 : Directeur du Centre d’études français sur la Chine contemporaine à Hong Kong (Institut français de recherche à l’étranger, USR 3331)

2010-2011 : Maître de conférences (Assistant Professor) à l’Université de Hong Kong

2006-2010 : Chercheur (pensionnaire) au Centre d’études français sur la Chine contemporaine

Groupe de recherche

Thèmes de Recherche

  • Histoire intellectuelle et culturelle de la Chine et de Hong Kong au XXe siècle.

  • Histoire des intellectuels ; intellectuels et mouvements sociaux en Chine (1919, 1989)

  • Histoire des publications et des sphères publiques au XXe siècle

  • Historiographie et mémoire de l’époque maoïste (1949-1976)

Enseignements 2018-2019

Publications choisies

Projets de recherche financés

2017-2019 : « China’s Alternative Public Spheres in the 20th century » (responsable scientifique, financé par l’ANR).

2013-2016 : « New Approaches to the Mao Era: Everyday History and Unofficial Memory » (co-responsable scientifique avec Frank Dikötter, financé par l’ANR, programme bilatéral France-Hong Kong).

Thèses en cours

Joachim Boittout (2016) : « Tourments individuels et passions collectives en Chine : La littérature en langue chinoise classique et la formation d’une sphère publique de l’émotion entre 1903 et 1919 ». (avec contrat doctoral)

Xu Dongxiang (2015-2018) : « Du nationalisme au conservatisme : les groupes intellectuels associés à l’essence nationale en Chine (vers 1890-1940) » (avec contrat doctoral)

Thèmes de recherche

  • Histoire intellectuelle et culturelle de la Chine au XXe siècle.
  • Débats politiques et littéraires dans la Chine du 4 Mai et du mouvement pour la nouvelle culture
  • Littérature, sphère publique et démocratie à l'époque contemporaine
  • Histoire intellectuelle et culturelle de Hong Kong

Enseignement

Projets de recherche

  • 2013-2016: ANR-RGC France Hong Kong Collaborative Grant (Principal Investigator) - “New Approaches to the Mao Era”. 200 000 €.

Publications principales

  • 2019 Minjian: The Rise of China's Grassroots Intellectuals, New York : Columbia University Press.
  • 2019 Popular Memories of the Mao Era. From Critical Debate to Reassessing History (éd.), Hong Kong University Press.
  • 2017 « The Rise of “Localism” and Civic Identity in Post-handover Hong Kong: Questioning the Chinese Nation-state », The China Quarterly, vol. 230 (juin 2017), pp. 323-347.
  • 2016 "Creating a textual public space: slogans and texts from Hong Kong’s umbrella movement", The Journal of Asian Studies, vol. 75, n° 3 (2016), pp. 673–702.
  • 2015 “Legalistic and Utopian: Hong Kong’s Umbrella Movement”, New Left Review, No. 92, March-April 2015, pp. 55-73.
  • 2014 “Creating a Literary Space to debate the Mao era: the fictionalization of the Great Leap Forward in Yan Lianke’s Four Books,” China Perspectives, no. 2014/4, Remembering the Mao Era: from creative practices to parallel history, pp. 7-16.
  • 2014 “Testimony, History and Ethics: From the Memory of Jiabiangou Prison Camp to a Reappraisal of the Anti-Rightist Movement in Present-Day China”, The China Quarterly, vol. 218 (June 2014), pp. 514-539.
  • 2014 “Anatomy of the Ordinary: new perspectives in Hong Kong independent cinema”, Journal of Chinese cinemas, vol. 8, no. 1 (2014), pp. 1 - 20.
  • 2012 “The limits of Representation: Wang Bing’s Labor Camp Films,” Journal of Chinese Cinemas, vol. 6, no. 2, 2012, pp. 173-187.
  • 2011 “Democratic Modernism. Rethinking the politics of early 20th century fiction in China and Europe,” Boundary 2, vol. 38, no. 3 (Fall 2011), pp. 27-65.
  • 2010 édition critique, Lu Xun, Cris (Nahan), Paris, Éditions Rue d’Ulm, « Versions françaises », 304 pp. Postface: “Sortir du règne de la critique”, p. 257-294.
  • 2010 “Quelle science pour quelle démocratie? Lu Xun et la littérature de fiction dans le mouvement du 4 Mai”, Annales Histoire, Sciences sociales, vol. 65, n° 2 (mars-avril 2010), dossier “Littérature et savoirs”, p. 345-374.
  • 2009 Fictions du pouvoir chinois. Littérature, modernisme et démocratie au début du xxe siècle (Fictions of Chinese power. Literature, modernism and democracy in the early 20th c.). Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Press, 384 pp.