Type d'événement, date(s) et adresse(s)Rencontre
Du à 12h au à 17h.
Théâtre National de Bretagne, 1 rue Saint-Hélier, 35000 Rennes

L’essai radiophonique « Rewind » présenté au Festival TNB à Rennes

Lien(s) associé(s)Site du CRAL
L’essai radiophonique « Rewind » présenté au Festival TNB à Rennes

L’essai radiophonique « Rewind » sera présenté dans le cadre du Festival TNB au Théâtre National de Bretagne à Rennes, du 9 au 27 novembre 2021.

« Rewind » est un Essai radiophonique en quatre scènes d’après le roman d’Olivier Cadiot Médecine générale (P.O.L. 2021), adapté par Karine Le Bail et Laurent Poitrenaux pour un atelier avec les élèves de l’Ecole de théâtre du théâtre national de Bretagne (TNB) dans le cadre du projet « Le théâtre comme scène pour l’oreille », lauréat de l’appel du ministère de la Culture « Recherche en théâtre et arts associés ».

Un projet de recherche-création du réseau SON:S soutenu par le Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, UMR 8566, CNRS / EHESS). Production du TNB.

Les 4 essais radiophoniques qui composent Rewind sont le fruit d’une exploration collective. En 2020, le comédien Laurent Poitrenaux et la chercheuse Karine Le Bail projettent de faire travailler les élèves-comédiens de la promotion X de l’Ecole du TNB sur les questions du sonore, de la radio, du jeu au micro. Il s’agit de leur faire découvrir la dramaturgie propre au « théâtre pour l’oreille », où l’effet du microphone, parce qu’il transforme l’écoute en la faisant passer par ce que le « grand écouteur » Marcel Proust appelle le filtre obscur du son,permet d’accéder à une qualité d’expression particulière. Le choix de l’auteur à qui dérober un texte à adapter pour la radio se porte très vite sur Olivier Cadiot, dont le dernier roman non encore édité, Médecine générale (P.O.L. 2021), met en scène trois personnages aux prises avec un deuil, et une quête : le narrateur, Closure, n’a pas écouté les conseils de son frère décédé et reste obsédé par des questions religieuses ; Mathilde, ethnologue demeurée trente ans en Amazonie, retrouve un pays dont elle ne saisit plus les règles ; Pierre, orphelin surdoué, semble n’avoir plus de passé à lui. Tous trois décident de partir dans la vieille maison de famille de Mathilde pour tenter de comprendre ce qui leur arrive.

Pour déplacer ce lieu de l’écriture dans cet autre lieu qu’est l’écoute acousmatique, Karine Le Bail et Laurent Poitrenaux ont extrait des premières pages de Médecine générale quatre récits chevauchant les uns sur les autres et distribuant les trois personnages du roman sur quinze voix.

Réunissant un collectif – le réalisateur Thomas Guillaud-Bataille, la comédienne Emmanuelle Lafon, les ingénieurs du son Daniel Deshays et Simon Garrette, et le sound designer Nicolas Becker, récemment oscarisé (Sound of metal, 2021) –, ils ont fait du TNB une véritable « maison du son ». Transformant en aires de jeu (et de remise en jeu) tous ses espaces – plateaux, dessous de scène, ateliers costumes, loges, escaliers, parking souterrain, toit terrasse, quais de déchargement des décors, etc.–  et poussant ses murs jusqu’aux jardins publics, aux aires d’autoroutes ou encore aux forêts avoisinantes, l’équipe a joué des interférences entre ces multiples scènes sonores et les dispositifs de prise de son pour créer ces quatre essais radiophoniques improbables. Car il s’agit bien ici de semer le trouble : « On sait ce que ça n’est pas mais on ne sait pas ce que c’est » (Nicolas Becker).

 

Partager ce contenu