Publications récentes

Pensées du cinéma

Pensées du cinéma

Raymond Bellour
Paris,  P. O. L., trafic ,  2016,  416 p.
Les essais réunis dans ce livre ont été écrits entre 1986 et 2016. Ils ont tous été publiés dans divers volumes collectifs et revues (très largement dans la revue de cinéma Trafic dont Raymond Bellour est un des responsables). Ils concernent uniquement les films, le cinéma, contrairement à ses trois recueils antérieurs (L’Entre-Images. Photo, cinéma, vidéo ; L’Entre-Images 2. Mots, images ; La Querelle des dispositifs. Cinéma – installations, expositions) consacrés aux rapports entre le cinéma et les autres images. Ces textes sont nés un par un au gré des chocs provoqués par les films et des questions que les films posent au cinéma. D’où s’ensuivent les deux parties qui les rassemblent : « Les films qu’on accompagne » ; « Le cinéma qu’on cherche à ressaisir ». Accompagner un film, c’est se tenir dans sa compagnie. C’est à dire, sinon toujours le suivre pas à pas, ce qui s’avère de toute façon illusoire, mais au moins en suggérer une sorte d’illusion grâce à la proximité marquée envers tels ou tels de ses instants, tels de ses traits les plus saillants, quels qu’ils soient pourvu que se révèle ainsi la prégnance du détail attestant la réalité de la capture dont le spectateur a été la proie et qu’il essaie de rendre au fil de l’argumentation, de l’évocation qui lui paraît propre à servir le caractère unique, la valeur, le génie du film auquel il a choisi de s’attacher. (Une micro-partie fait exception, dans ce premier volet, l’ensemble consacré aux quatre films de Philippe Grandrieux, réunis pour cette raison en fin de cette première partie). Le second volet de ce recueil, « Le cinéma qu’on cherche à ressaisir », redouble en un sens ce que l’approche des films singuliers se trouve déjà engager, tant chaque film qui frappe met en jeu le tout du cinéma. Mais un changement d’échelle est ici visé : soit le fragment de film, resserré sur lui-même, ou le choix d’une composante (ainsi les trois brefs essais consacrés à Alfred Hitchock); soit un cinéaste au contraire approché plus ou moins dans son ensemble (ainsi John Ford ou Vincente Minnelli); soit encore un problème, un niveau de réalité qualifiant le cinéma comme tel (les deux derniers us-ensemble de cette seconde partie). Un sous-ensemble est aussi consacré à trois hommages (Serge Daney, Chris Marker, Harun Farocki). Mais l’écart ménagé entre ces deux par ties tend aussi à se dissiper dans la continuité d’une recherche qui voudrait cerner la réalité du cinéma à travers les effets produits par des films très divers chez un spectateur singulier (le spectateur que je suis, comme tout autre spectateur). Par là, cet ensemble composé au hasard des rencontres et au fil du temps forme aussi une sorte de journal de bord suivant la lente élaboration du précédent livre de Raymond Bellour : Le Corps du cinéma. Hypnoses, émotions, animalités, qui présente sa vision générale du cinéma, avant même que son dessein ait pu être nettement défini. Le choix des films comme celui des cinéastes ou des thèmes abordés dans Pensées du cinéma ont pour seuls critères la curiosité comme la passsion de l’auteur de ces textes. Mais faut souligner la très grande variété des films abordés : du film de série B au grand classique, du cinéma classique au cinéma moderne, du cinéma de fiction au film considéré comme documentaire ou au film d’avant-garde, les deux grandes par ties du livre se décomposent en plusieurs sous-ensembles, chacun déterminé par sa relative autonomie tenant à différents critères (auteur, type de problème, genre de films). Dans chacun de ces sous-ensembles, les textes sont classés selon la chronologie historique des oeuvres abordées. Enfin, une riche iconographie a été conçue pour ce livre, presque exclusivement composée de photogrammes extraits des nombreux films considérés (à hauteur d’environ 400 images). Le modèle suivi pour la mise en pages est celui utilisé pour Le Corps du cinéma, défini par une variété de tailles des images, elle-même déterminée par les besoins de chaque texte. L’un d’eux fait exception ici, « Le film qu’on accompagne », consacré à L’Etoile cachée du grand cinéaste indien Ritwik Ghatak : il sera illustré de 105 photogrammes.

Pour citer ce document

, «Pensées du cinéma», cral [En ligne], Publications récentes, mis à jour le : 12/10/2016
, URL : http://cral.ehess.fr/index.php?2166.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Autour de Kein Licht à l'Opéra Comique

Rencontre - Vendredi 13 octobre 2017 - 17:00Kein Licht fait dialoguer à partir d'un texte d'Elfriede Jelinek des personnages perdus dans l’espace et le temps, suite à la catastrophe de Fukushima. Essayant de se reconstituer, ces personnages échangent et parlent de douleur, perte et de tragédie, (...)(...)

Lire la suite

Connaissance externalisée et épistémologie digitale

Colloque - Lundi 16 octobre 2017 - 10:30L'information, pour une part de plus en plus croissante, est distribuée. Mais est-ce de la connaissance? Si toute la masse des informations qui nous bombardent quotidiennement via internet et les réseaux sociaux (entre autres) était de la connaissance, au (...)(...)

Lire la suite

Ce que le concept fait à l'œuvre

Journée(s) d'étude - Samedi 07 octobre 2017 - 09:00Les termes « concept » et « conceptuel » ont pu être utilisés pour désigner diverses pratiques relatives au groupe restreint d’artistes évoluant à New York à la fin des années 1960. Mais la dimension conceptuelle de l’oeuvre est désormais à cons (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRAL
96, bd Raspail - 75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
cral@ehess.fr

Page Facebook

Chaîne YouTube