Dernières publications

Musique, violence, politique

Musique, violence, politique

Critique n°829-830

Marielle Macé [dir.]
Paris,  Les Éditions de Minuit, 2016,  144 p.
Prix : 13 euros
De l’inventions des hymnes aux expressions du deuil national, de l’histoire de la censure et de la propagande aux effervescences de la mobilisation, des vociférations de la terreur aux chants de résistance et aux rythmes de la liberté… il existe une étonnante solidarité entre la musique et la politique – entre les puissances de la musique et la multiplicité des enjeux de la vie politique. Comme si la musique était, plus que tout autre art, bonne conductrice de collectivité, de soulèvement, de révolte, mais aussi bien de violence, d’oublis coupables et d’assujettissements. Comme si surtout, avec la musique, l’Histoire n’en avait jamais fini de "gronder" en nous. Cette solidarité, d’où vient-elle ? De la musique elle-même, ou de ce que l’on en fait ? Vient-elle des appropriations, des instrumentalisations (c’est le mot), voire des confiscations du musical par le politique – par la symbolique nationale, notamment ? Vient-elle d’une volonté, dans tel ou tel dispositif musical, d’imiter (ou d’inquiéter) les rapports de pouvoir, de hiérarchie et d’autorité ? Vient-elle au contraire d’une « disponibilité » complète, qui va de pair avec une absence supposée de signification (puisque la musique est réputée ne rien signifier, ne rien « vouloir dire » et donc pouvoir tout accompagner, prêtant apparemment son intensité à toutes les causes) ? Vient-elle encore d’une puissance propre aux œuvres musicales (car il y va dans la musique d’une intensité émotionnelle hors pair, lorsque s’ouvre, dans un océan de pathos, une gamme affective infinie, avec son énergie incomparable d’insinuation, d’occupation subjective, et bien sûr d’érotisation) ? De tout cela évidemment, et tout cela révèle une économie de forces contradictoires, mêlées au cœur de nos espaces publics et de nos territoires les plus intimes. Ce sont ces liens entre musique et politique, liens insistants mais d’une ambivalence extrême, que "Critique" a souhaité mettre en valeur. Numéro dirigé par Marielle Macé, avec les contributions d'Esteban Buch, Nicolas Donin Bastien Gallet, Olivier Ihl, Violeta Nigro-Giunta, Peter Szendy et un entretien d'Esteban Buch par Marielle Macé, Stéphane Roth et Sabrina Valy.

Pour citer ce document

, «Musique, violence, politique», cral [En ligne], Dernières publications, mis à jour le : 01/06/2016
, URL : http://cral.ehess.fr/index.php?2113.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Meinongiana : jugement, supposition et assomption selon Meinong

Séance spéciale de séminaire - Mardi 28 mars 2017 - 13:00Le philosophe autrichien Alexius von Meinong (1853-1920) est l’une des figures les plus importantes de la phénoménologie réaliste des disciples de Brentano et de Husserl. Il est surtout connu pour son ontologie des objets et la critique qu (...)(...)

Lire la suite

Journée d'études "Savoirs du théâtre : Histoire d’un dispositif"

Appel à communication - Dimanche 30 avril 2017 - 14:15Journée d'étude organisée par Frédérique Aït-Touati (CRAL, EHESS/CNRS) et Alexeï Evstratov (Dahlem Humanities Centre, Freie Universität Berlin) le 23 juin 2017 à l'EHESS.Argumentaire et thématiques :Le théâtre s’affirme depuis longtemps comme (...)(...)

Lire la suite

Entre fictionnel, virtuel et documentaire : narratologies en confrontation

Séance spéciale de séminaire - Mardi 21 mars 2017 - 15:00 Séance organisée dans le cadre du séminaire « Recherches contemporaines en narratologie : Entre fictionnel, virtuel et documentaire : narratologies en confrontation » proposé par :Olivier Caïra, maître de conférences à l'IUT d'ÉvryClaude (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRAL
96, bd Raspail - 75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
cral@ehess.fr