Conventions et projets

ANR LES ARTISTES EN REGIME NUMERIQUE

Co-coordination

André Gunthert (EHESS-CRAL)

Présentation

Dans le contexte d'une analyse comparée des effets de la transition numérique des pratiques créatives dans les domaines de la musique, du cinéma et de la photographie, l'équipe du Lhivic-CRAL, dirigée par André Gunthert, s'est particulièrement attachée à l'étude de trois chantiers: veille sur la presse en ligne, étude des figures de la fluidité, définition d’une culture de l’appropriation.

L’étude des pratiques visuelles de la presse en ligne a permis de préciser le constat d’une accélération du déplacement des pratiques illustratives de la tradition photodocumentaire vers l’exploitation graphique. Caractérisés par la déprofessionnalisation, des budgets en baisse et de fortes contraintes de lisibilité, accentuées par la destructuration de la navigation et le caractère pluriel des formats, les usages de l’image en ligne favorisent une pratique pauvre, bien représentée par la multiplication des vignettes et le recours à l’image pour des fonctions signalétiques.

L’enquête sur les figures de la fluidité, favorisées par la dématérialisation de l’image, l’appropriation vidéoludique et le succès de l’interface Multitouch de l’iPhone ou l’iPad, ont permis de dégager les traits d’un nouvel imaginaire des formes visuelles. Perçue comme l’interface modèle, la manipulation des images prend les allures d’un pouvoir illimité sur les représentations. La liquidité des contenus audiovisuels en fait les archétypes des nouvelles circulations appropriatives en ligne.

La critique de la “révolution des amateurs”, modèle interprétatif privilégié de la transition numérique, a logiquement débouché sur une étude plus approfondie des pratiques de consultation du web. Cette observation a conduit à la caractérisation d’une culture de l’appropriation, principale forme des usages en ligne. La dématérialisation des contenus apportée par l’informatique et leur diffusion universelle par internet confère aux œuvres de l’esprit une fluidité qui déborde tous les canaux existants. Alors que la circulation réglée des productions culturelles permettait d’en préserver le contrôle, cette faculté nouvelle favorise l’appropriation et la remixabilité des contenus en dehors de tout cadre juridique ou commercial. Dans le contexte globalisé de l’économie de l’attention, l’appropriabilité n’apparaît pas seulement comme la caractéristique fondamentale des contenus numériques: elle s’impose également comme le nouveau paradigme de la culture post-industrielle.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Autour de Kein Licht à l'Opéra Comique

Rencontre - Vendredi 13 octobre 2017 - 17:00Kein Licht fait dialoguer à partir d'un texte d'Elfriede Jelinek des personnages perdus dans l’espace et le temps, suite à la catastrophe de Fukushima. Essayant de se reconstituer, ces personnages échangent et parlent de douleur, perte et de tragédie, (...)(...)

Lire la suite

Connaissance externalisée et épistémologie digitale

Colloque - Lundi 16 octobre 2017 - 10:30L'information, pour une part de plus en plus croissante, est distribuée. Mais est-ce de la connaissance? Si toute la masse des informations qui nous bombardent quotidiennement via internet et les réseaux sociaux (entre autres) était de la connaissance, au (...)(...)

Lire la suite

Ce que le concept fait à l'œuvre

Journée(s) d'étude - Samedi 07 octobre 2017 - 09:00Les termes « concept » et « conceptuel » ont pu être utilisés pour désigner diverses pratiques relatives au groupe restreint d’artistes évoluant à New York à la fin des années 1960. Mais la dimension conceptuelle de l’oeuvre est désormais à cons (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRAL
96, bd Raspail - 75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
cral@ehess.fr

Page Facebook

Chaîne YouTube