Rencontres scientifiques

Politiques de l'analyse musicale - 27 et 28 avril 2007

Politiques de l’analyse musicale

Salle Stravinsky, IRCAM  -  1 place Stravinsky -  75004 Paris

Colloque international de musicologie organisé par le Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL, EHESS/CNRS) - Equipe Musique et l' Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique (IRCAM) - Equipe Analyse des Pratiques Musicales, sous la responsabilité d'Esteban Buch (CRAL/EHESS), Nicolas Donin (IRCAM) et Laurent Feneyrou (CRAL/CNRS)

Paris, 27 et 28 avril 2007, Salle Stravinsky, IRCAM, place Stravinsky – 75004 Paris

Présentation

Les récentes remises en cause du paradigme dit formaliste en musicologie (fondé sur la croyance en la neutralité idéologique et la fonction objectivante de l'analyse musicale de partition) invitent à considérer à nouveaux frais les liens entre l'analyse technique des esthétiques musicales et l'inscription sociale et politique des œuvres.

Dans la nouvelle configuration disciplinaire, la pensée de Theodor W. Adorno, qui fait de l'analyse le moment de dévoilement de déterminismes sociaux dont la mise en forme artistique constitue le contenu de vérité de l'œuvre, peut paraître une alternative séduisante, dont l'influence n'a d'ailleurs cessé de croître ces dernières années, y compris dans des perspectives assez éloignées de son propos initial. Cependant, sans parler de la difficulté d'adhérer aujourd'hui à une vision du monde et de l'art musical élaborée dans la confrontation avec les totalitarismes et la Guerre froide, et réaffirmant la valeur morale des hiérarchies induites par le canon classique (prolongé par la Seconde école de Vienne), il est clair qu'une application non mécanique des idées d'Adorno confronte rapidement le musicologue à des problèmes épistémologiques et méthodologiques considérables.

Dès lors, l'historicisation critique des discours usuels sur la musique semble un pas incontournable, de même que le développement de nouvelles approches empiriques des phénomènes musicaux. Cela permet de poser d'une façon inédite la question de la formalisation, de ses implications et de sa fécondité, tout en posant à nouveaux frais la question de savoir si une herméneutique du politique ou du social reste un horizon possible et souhaitable de l'analyse musicale (et, partant, de la discipline musicologique en tant qu'exégèse des œuvres). Ce colloque international entend faire le point sur ces questions, en les organisant autour de deux axes complémentaires : qu'en est-il de la dimension politique des savoirs analytiques du passé, et de ses prolongations dans les usages actuels des musicologues ? qu'en est-il du projet d'une pratique analytique contemporaine qui se donnerait comme objet précisément l'élucidation du lien entre musique et politique ?

In recent years, the critiques of the so-called formalist paradigmin musicology, according to which musical analysis is ideologically neutral and aimed at identifying objective characteristics of music, have opened the way for a reconsideration of the relationship between analysis on the one hand, and the social and political dimensions of musical works on the other. 

Theodor W. Adorno's theories, in which analysis is used as a tool for unveiling social determinisms, may seem an interesting starting point that hasin recent years been the object of much critical attention, sometimes in ways quite far removed from his original aims. Yet it has become difficult to share Adorno's view of the world, shaped by the experience of totalitarianisms and the Cold War, or his view of music based on the moral values attributed to the classical canon and the Vienna School. An approach which goes beyond a merely mechanical application of Adorno's ideas can lead today's musicologist into serious epistemological and methodological difficulties.

Hence, a critical historicisation of the usual discourse on music is in order, as well as the development of new empirical approaches. The issue of formalisation itself, with its implications and its fecundity, might then appear in a new light, as well as the question of knowing if a hermeneutics of political or social phenomena is to be counted among the aims of musical analysis, which is to say of musicology, understood as the exegesis of musical works.

This international conference will organize these problems along two axes: What is the political dimension of past analytical knowledge, and its continuation in today's musicological practice? Where does the project of an analytical practice focused on the relationship between music and politics stand today?

Programme (site de l’EHESS)

Fichiers audio des communications (site de l’Ircam)

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Revue Artelogie n°11 « Délocalités, translocalités et activisme dans l'art électronique et biomédiale latino-américain »

Appel à communication - Dimanche 30 juillet 2017 - 20:00Le présent appel vise à recueillir des articles prenant comme objet les arts électroniques et biomédiales latino-américains en articulation avec un certain nombre de concepts, tels que les délocalités, les translocalités et l’activisme. La (...)(...)

Lire la suite

Sacrifices d’enfants à Carthage ? Science et fiction romanesque

Journée(s) d'étude - Vendredi 19 mai 2017 - 14:30Cette après-midi d'étude est organisée par le CRAL (EHESS-CNRS) et le programme de recherche Biologie et Société (EHESS-EPHE-MSH) à l'occasion de l'invitation à l'EHESS de M. Jeffrey Schwartz, paléoanthropologue, professeur à l'Université de Pitts (...)(...)

Lire la suite

Journée d'études « Ce que fait le concept à l'oeuvre »

Appel à communication - Dimanche 25 juin 2017 - 16:00Rejetant l’idée d’un art qui serait conceptuel, Gérard Genette affirme, dans L’OEuvre de l’art, qu’il n’y a que des oeuvres conceptuelles, puisque « l’état conceptuel » est présent hypothétiquement au sein de chaque oeuvre et se vérifie au « c (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRAL
96, bd Raspail - 75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
cral@ehess.fr

Page Facebook

Chaîne YouTube